Missions

En premier lieu, il y a l’importance de détecter, sélectionner et préparer durant les trois prochaines années les B-boys et B-girls qui constitueront l’équipe de France, avec à la clé le prestige des médailles.

Au-delà, l’ambition de la FFDanse est de dépasser l’enjeu de la performance pour bâtir un héritage. Partant des travaux que nous menons pour les Jeux Olympiques et Paralympiques (JOP) de Paris 2024, nous voulons construire un socle durable bénéfique à la pratique et à l’image du breaking en France, fondé sur l’ouverture au plus grand nombre, le sport à l’école, la mixité et l’inclusion sociale.

1. Représenter la culture du breaking aux JOP2024.

Car s’il est nouveau aux Jeux Olympiques, le breaking a une histoire riche de 40 ans. Plus qu’un sport, plus qu’un art, il s’agit d’un état d’esprit.

En effet, les danses hip-hop, en particulier le breaking, sont le reflet d’une évolution sociétale et culturelle, nourrie de l’histoire de plusieurs pays, peuples, dont les racines remontent aux quatre coins du globe, enrichie des rites de la culture hip-hop (musique, danse, graff, Dj, Mc, …).

Depuis des années, de multiples associations, des bénévoles et des enseignant·es se sont battus sur leur territoire pour une vraie reconnaissance des bboys et bgirls de toutes les générations.

C’est aussi une reconnaissance de la diversité de notre nation, car au-delà d’une danse, au-delà d’une culture, au-delà d’un sport, le breaking porte et transmet un message d’unité et d’universalité.

Afin de transmettre la richesse du breaking, qui comprend toute une culture au-delà du simple sport, des représentant·es reconnus du milieu breaking, issus de tous les territoires, y compris d’outremer, pilotent les travaux au sein de la Fédération Française de Danse, en prenant en compte l’impact inédit que provoque l’intégration du breaking aux JOP sur l’évolution de la pratique.